La La Land… bof !

lala

Alors je vais sans doute devoir assumer quelques critiques, mais franchement j’ai été déçu par La La Land. Alors voyons ce que j’ai aimé quand même et pourquoi je ne vous recommande pas ce film.

Les couleurs superbes... Alors c’est vrai que les couleurs des robes, des lumières sont superbes. Il y a beaucoup de poésie dans ce film, je le reconnais bien volontiers.

La musique, pas mal mais sans plus. Pour une presque comédie musicale, j’aurais attendue autre chose que cette simplicité mélodique. Le manque de vrai jazz peut être. A des années lumières de CHICAGO qui m’avait fait vibrer (Avec Catherine Zeta Jones, en Bombe !)

L’histoire… gentille. Mais trop simple, facile… sans rythme. Bref, je me suis demandé quand il allait se passer quelque chose de touchant de bouleversant. A des années lumières des regards de la Route de Madison ou de la passion perdue des Vestiges du Jour. Alors oui les héros sont jeunes et beaux, ils dansent magnifiquement la valse.. mais bon, ca ne fait pas tout.

Heureusement dans le cinéma où je suis allée… j’ai payé 6.5 € !!! Et oui ça existe encore.

Donc si je résume :

  • vous voulez passer un moment calme et sans enjeu… allez-y !
  • vous voulez vibrer … passez votre chemin !
  • Histoire : 1/5
  • Emotion : 1/5
  • Images : 3/5

 

,

Free to run, de Pierre Morath

FreeBonjour les champions,

s’il y a un film à voir en ce moment c’est ce bijou de Pierre Morath : « Free to run ».

Si vous êtes rebelle et que les luttes contre les fédérations et leurs aspects politiques vous passionnent… Courez voir ce film qui raconte les batailles entre les hommes, et comment la FFA a longtemps refusé de reconnaitre la course sur route comme une discipline athlétique…

Que vous soyez une femme ou un homme, vous serez bluffé par la force mentale de ces pionnières qui ont fait la course féminine. Je citerai Joan Benoit qui a été la première médaillée d’or à Los Angeles en… 1984 ! C’était hier. Mais il faut aussi nommer Kathrine Switzer qui sera la première femme a courir officiellement, avec un dossard obtenu avec ses initiales mais sans autorisation, le marathon à Boston en 1967 en se cachant sous sa capuche. C’est son mari et des amis qui l’ont protégée des attaques de la Direction de course qui voulait la virer de force. Elle a fait de la course des femmes le combat de sa vie. Son témoignage dans le reportage est édifiant.

Si vous aimez courir, vous vous reconnaitrez dans les commentaires des rédacteurs de Spiridon, la première revue officielle des coureurs hors stade…

Si vous détestez courir, vous comprendrez pourquoi certains individus se définissent d’abord comme coureurs et ne savent pas se passer de cette drogue incroyable qu’est l’effort gratuit en pleine nature…

Qui que vous soyez vous ne resterez pas insensible au charme de cet américain Steve Préfontaine qui a lancé la course sur route aux USA…

Et dans ce film, vous ne pourrez que réagir à l’arrivée de l’argent dans la course hors stade avec le scandale du marathon de NY en 2012… enfin annulé à la dernière seconde, alors que 5 jours avant la tempète Sandy avait ravagé la ville et laissé des milliers de personnes sans abri.

Bref… s’il est encore temps, courez dans les salles… sinon guettez le DVD !

,

Boomerang

boomerangUn film intimiste et puissant : Boomerang.

L’histoire : un homme qui découvre que toute sa famille lui cache des informations sur la mort de sa maman. Il en fait une fixation et au grand dam de tous ceux qui voudraient bien ne pas faire ressortir les culpabilités et bassesses humaines, il va mener son enquête…

Le boomerang, c’est le truc qu’on prend en pleine g… quand on tait la vérité pendant 30 ans… quelle que soit la raison !

  • Histoire : 4/5
  • Style : 3/5
  • Emotion : 4/5
,

Cinq de coeur… grandiose !!!

Cinq

Ils sont 5 sur scène, drôles, créatifs, enjoués, dynamiques et leur seul outil de scène est leur voix… Ils passent de la prouesse technique, lorsqu’elle imite la trompette, au charme lorsqu’ils chantent les berceuses à capella… Ils nous font vibrer lorsqu’ils font la compil’ des années 80… toujours à 5, toujours à capella… On cherche des yeux l’orchestre… point d’orchestre !!! Nulle part !!! C’est juste incroyable, indescriptible… Génial, mon gros coup de coeur de cette semaine !

Au fait, merci les parents !!!

La rançon de la gloire, bof !

gloire

Je mesure mon engouement pour les films à la façon dont j’en parler spontanément après les avoir vus, ou à la façon dont je m’en souviens facilement. Et bien pour « La Rançon de la gloire » vu la semaine dernière, mes critères sont édifiants… Non seulement je ne me souviens de pas grand chose, sauf la trame de départ, mais en plus je n’ai pas du tout évoqué ce film depuis que je l’ai vu. Zou, direct aux oubliettes !!! C’est pare que quelqu’un a cité l’expression titrante, que je me suis dit que je l’avais vu… et que je n’avais pas fait de papier sur le blog !!!

Alors en clair, gros bof pour le film de Xavier Beauvois avec Benoît Poelvoorde et Roschdy Zem. L’histoire ? Tout juste sorti de prison, Eddy est accueilli par son ami Osman. Ils ont tous deux convenu d’un marché. Osman héberge Eddy, en échange de quoi celui-ci s’occupe de sa fille de sept ans, Samira, le temps que sa femme Noor subisse des examens à l’hôpital. Mais en cette veille de Noël, le manque d’argent se fait cruellement sentir. Aussi, lorsque la télévision annonce la mort du richissime comédien Charlie Chaplin, Eddy a une idée : subtiliser le cercueil de l’acteur et demander une rançon à la famille !

Ok le scénario est original mais je me suis ennuyée… et j’ai oublié !!!

  • Histoire : 2/5
  • Emotion : 0/5
  • Mise en scène / réalisation : 1/5

Vous me devez 5 euros… la moitié du prix de la place que vous auriez achetée !!!

La famille Bélier, comme un bélier… Sympa !

belier

Ok ce n’est pas le film du siècle, mais c’est le film sympa du week end ! Pas de prise de tête et de beaux sentiments. Elle est mignonne comme tout, elle chante Sardou grâce à un prof (à taper, le prof !!!) pas excellent, et nul en pédagogie… Elle vit ses premiers émois de jeune femme, le tout au sein d’une famille de sourds… Lui c’est François Damiens, obsédé sexuel ou presque, et elle c’est Karine Viard, qui déteste les « entendants »… Bref, un beau cocktail pour un moment sympa avec humour et tendresse.

  • Emotions : 4/8
  • Histoire : 3/5
  • Réalisation : 3/5
,

Gemma Bovery, film d’Anne Fontaine, à voir

gemma bovery

Bien sûr Luchini joue Luchini avec la voie off, le cynisme. Alors si vous n’aimez pas, passez votre chemin. Si vous êtes fan, courrez voir cette comédie dramatique. Fan de littérature, un poil snob, il est reparti en Normandie pour reprendre la boulangerie de son père. Dire qu’il s’ennuie est un euphémisme.

Mais deux voisins Gemma et Alan Bovery, Anglais… viennent s’installer dans la maison d’en face… La vie va changer pour Martin. Un énorme transfert se met en place… C’est fin, drôle, dramatique… C’est un beau moment de cinéma avec une fin… topissime !

,

Hippocrate, le film de Thomas Lilti, à voir !!!

hypocrate

Hippocrate… un serment et une vocation… Un film aussi, à voir. C’est touchant, drôle mais aussi cynique parfois et désespéré souvent. L’hôpital français avec ses forces et ses failles, ses FFI (Faisant Fonction d’Interne), mal payés car étrangers et pourtant au jugement et à la main sûrs. On y touche aussi du doigt le rapport à la douleur, à la mort digne… aux relations patients-famille-soignants et à la communication qui est tout sauf maitrisée. On y voit aussi les luttes d’égo… et les doutes des médecins. Bref, j’ai bien aimé. Surtout sans stars et ça aussi c’est bien. Oui, évidemment, il y a Gamblin et je suis fan… mais il est bien discret !

  • Note d’émotion : 3/5
  • Histoire : 4/5
  • Réalisation : 3/5
,

Les patrons mettent-ils trop la pression ? Emission Envoyé Spécial, 28.02.2013

balleLa pression ne fait pas de pause

Envoye spécial, jeudi 28 février 2013, les patrons mettent-ils trop la pression ?

A l’heure où les RPS et la QVT (lire Risques Psycho Sociaux et Qualité de Vie au Travail) sont la préoccupation majeure des entreprises et des cabinets de consultants, ce triple reportage d’Envoyé Spécial fait froid dans le dos. Trois entreprises Camaieu, Conforama et la Caisse d’Epargne Rhoen Alpes avec trois mode de management de la pression distincts et le même résultat : malaise des collaborateurs, détresse, suicides, actes de concurrence interne… Les détails.

Camaieu et son taux de transformation. Les portes des magasins sont équipées d’un compteur d’entrées. Et toutes les heures le nombre de tickets de caisse s’affiche en temps réel sur l’ordinateur du patron. On appelle taux de transformation le pourcentage tickets/entrées. Inférieur à 15% il déclenche immanquablement l’appel du boss à la responsable de la boutique… qui déclenche une descente de la responsable sur ses vendeuses… Ah au fait vous saviez que pour réduire les couts les vendeuses font aussi le ménage, les cartons, les vitres… ? Bref, gros malaise dans les équipes alors que l’entreprise est leader sur son marché.

Conforama et la stratégie d’alliés. Les salariés de Confo sont classés en 3 catégories : les Alliés, ceux qui bossent bien et font du chiffre avec une couleur verte, les Hésitants, couleur orange… pas mal mais bof… et les Opposants, marqués d’une couleur rouge. La stratégie managériale consiste à accompagner et passer du temps avec les Verts et laisser tomber les rouges. Des listes terribles ont été montrées : les noms des collaborateurs sont marqués d’un smiley avec une balle dans la tête (ci dessus) et affichés au mur quand ils ne font pas leur chiffre du jour. Le tableau est mis à jour quotidiennement ! Le manager craint-il pour ses équipes ? Pas du tout. Il assume ! « S’ils ont honte ils vont se bouger… c’est leur problème la honte ! » Et pour renforcer la chose, les vendeurs Confo sont en concurrence donc les uns avec les autres pour le chiffre sans avoir de « zone » de magasin établie. Alors le matin, c’est à qui « prendra » la zone Ecrans Plats ou celle des machines à laver… puisque c’est le chiffre qui prime il vaut mieux vendre une pièce chère… Bref, encore un bel exemple générant de la souffrance.

Caisse d’Epargne Rhone Alpes et le benchmark agence. La CERA a mis en place un système d’évaluation concurrentielle des agences. Les agences se mettent elles-même en concurrence les unes avec les autres et l’ensemble des collaborateurs met la pression sur les autres… pour vendre plus de produits Livret machin ou crédit truc !!! Si l’agence A fait le meilleur chiffre, alors la B va chercher à faire mieux… et ce n’est pas le patron qui demande !!! C’est un système d’une perversion absolue dénoncée depuis 2009 par les médecins du travail. Un résultat : un suicide d’une collaboratrice de 40 ans, mère de famille… reconnu comme accident du travail.

En résumé, une émission qui laisse un grand sentiment de malaise parce que non seulement ces situations décrites son terribles mais en plus les 2 managers (Confo et CERA) interviewés ont assumé avec fierté ces comportements managériaux et celui de Camaieu n’a pas souhaité répondre aux questions !!!