Alors voilà ma question du jour… c’est quoi un optimiste ? Il y aurait la réponse simple de quiconque a fait quelques classes de mer : un bateau ridicule, dans le fond duquel tu te rapes les fesses, et que tu essayes tant bien que mal de faire virer… Et puis, il y a l’autre optimiste. Celui qui vous régale par son humeur, sa drôlerie, sa façon de toujours trouver une excuse au pauvre débile qui lui pourrit la vie… celui qui trouve une bonne raison à une procédure naze de gestion des frais de déplacements (cf un de mes post précédents !). Il vous agace aussi souvent. Bref, lui, l’optimiste… qu’est ce qu’il a de différent de vous ? Il a de différent une réécriture permanente du passé, un ancrage profondément dans l’action, et une vision (réaliste) positive de l’avenir. Regardons comment.

Un vrai optimiste écrit son passé afin de le rendre exploitable et léger. Lorsqu’un événement grave, ennuyeux, un aleas de la vie se présente, il ne le nie pas. Mais il applique 3 paradigmes : ni causalité, ni stabilité, ni globalité… Zero causalité signifie qu’il ne se sent pas 100% responsable de ce qui lui arrive lorsque c’est négatif. Si c’est positif, en revanche, il s’attribue la réussite avec plaisir. Une façon déjà de ne pas geindre ! Zero Stabilité veut dire que ce n’est pas parce que cela s’est produit une fois que cela va recommencer… Voilà c’est un événement, point. Sauf s’il est positif, il nous appartient alors d’en repérer les facteurs afin de les reproduire ! Donc pas d’inquiétude outre mesure ! 0 globalité ? C’est à dire que cet événement de vie est indépendant de toutes les autres sphères de ma vie… Pas d’angoisse donc ! En Résumé, si ce qui lui arrive est favorable, il s’en attribue la paternité et fais en sorte de transférer les facteurs à d’autres sphères de sa vie et de faire durer… dans le cas contraire, face à un aleas, il regarde l’événement comment un cas unique, spécifique, ponctuel !!!

Un vrai optimiste est ancré dans le présent avec 4 croyances fortes ! La première, “Il existe toujours une solution“. Sa vision de la solution est telle que soit elle a existé et je peux reproduire, où il faut peut être que je la cherche… mais elle existe, même si elle n’est pas évidente au premier regard ! La seconde lui fait dire “qu’il a en lui les ressources“. C’est quelqu’un qui croit fondamentalement dans son potentiel à faire changer les choses… aussi minimes soient-elles… et même si cela prend du temps ! Par ailleurs, l’optimiste se dit “qu’il a toujours le choix“. C’est Schutz qui devait être optimiste… En effet, un optimiste se dit toujours qu’il peut décider ou non, de chercher ou non… Bref, l’optimiste est libre !!! Et enfin, l’optimiste “a confiance dans l’avenir“. Certes les événements de janvier peuvent ébranler la confiance de l’optimiste. Mais très vite, il va se remobiliser… En effet, une humeur négative lui est étrangère. Pour ces différents raisons, avec ces différentes croyances, vous l’aurez compris notre optimiste est toujours dans l’action.

De fait, l’optimiste est doté de qualités qui le rendent repérable. Regroupons les en 3 qualificatifs : agréable, audacieux, tenace,… Agréable, car il est plutôt extraverti, jovial, enjoué, positif. Serviable et aimant les rencontres nouvelles, il va vers l’autre. Attention, il va éliminer les négatifs, critiques et râleurs pour maintenir un état interne satisfaisant pour lui. Ensuite il est audacieux. il aime prendre des initiatives, innover, piloter des projets car il aime la réussite, individuelle mais aussi collective. Enfin, tenace, il est persévérant et résistant à l’adversité car confiant en ses capacités et en l’avenir. Les entreprises adorent les optimistes !!!

Pour peu que cet optimiste cultive une vision stratégique de l’avenir et dispose de qualités de communication, je parie bien sur un beau leader.

Pourquoi cette ode à l’optimisme ??? Parce que j’ai lu un livre sympa, de Philippe Gabilliet, Eloge de l’Optimisme. J’ai un peu réorganisé à ma manière sa pensée (ben quoi, j’ai le droit !!!). Mais j’ai pris tellement de plaisir à me dire à chaque page “il parle de moi cet homme”… que j’ai eu envie de partager avec vous… Ce soir, je parle de moi dans ce texte.

Et je vous invite aussi. Avez vous envie comme moi d’écrire 2015 ensemble, afin de pouvoir nous dire, le 31 décembre prochain :”La vache, on a démarré l’année avec un  drame terrible, avec Charlie, et finalement on a passé une super année… et on l’a mérité !” ?

A lire (ça fait du bien !!!) : Eloge de L’Optimisme de Philippe Gabilliet, Ed. Saint Simon.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *