Se concentrer, traiter l’information, s’organiser et gagner du temps…

LECTURE ACTIVELire vite et mieux est le rêve de nombre d’entre nous, tant nous sommes submergés de documents, presse, procédures à parcourir et retenir dans  certains cas. Le manque de temps et certaines mauvaises habitudes nuisent à notre efficacité. Voici quelques « commandements » pour une lecture efficace.

  • Concentré(e), tu resteras.

Une lecture efficace est avant tout une histoire de concentration. Il est nécessaire d’organiser son temps de lecture pour ne pas être perturbé par son environnement : les signaux sonores annonçant l’arrivée des mails, les entrées et sorties de son bureau, le téléphone… Pour cela, se fixer des objectifs réalistes ! Ne pas chercher à se concentrer pendant 45 minutes !!! Mais organiser des « galops » de lecture de 7 minutes, 12 minutes… la durée est variable. Mais c’est le temps pendant lequel vous envisagez de ne pas être interrompu, et de pouvoir maintenir votre attention sur votre support.

  • La petite voix, tu extermineras

Cette terrible petite voix qui dit : « c’est incompréhensible, c’est nul, c’est inintéressant, je ne vais pas y arriver… » C’est le pire des scénarios. Elle installe en nous une « croyance auto réalisatrice » et favorise un auto sabotage qui se terminera par un « je savais bien que je n’y arriverai pas…c’est pas la peine que je réessaye !!! »

L’autre petite voix est celle qui questionne : «  qu’est-ce que je fais à diner ce soir, est ce que ceci ou cela… » et qui occupe notre cerveau au lieu de le libérer à sa tache de lecture. Votre concentration est alors empêchée par votre quotidien… Couchez-la donc sur le papier ou traitez-le en premier afin de libérer votre cerveau.

  • Confiance en ton cerveau, tu auras

Notre cerveau est une belle machine. Lorsque vous accélérez votre lecture vous aurez peut-être le doute « Est-ce que je ne vais pas passer a cote de ce que je cherche ou de quelque chose d’important ? ». Faites confiance à votre cerveau il vous enverra un signal et vous dira « reviens un peu en arrière et vérifie… » Et dans le doute faites deux lectures rapides… vous gagnerez toujours plus de temps qu’une lecture longue ou vous vous noierez dans les détails sans intérêt.

  • Tout document, tu survoleras

Une lecture rapide commence toujours par un survol du support. Vous lirez titres, sous titres et intertitres jusqu’à la dernière page de votre document afin de constater sa longueur et sa structure et d’organiser votre lecture. Le survol est également la stratégie qui vous permet de décider ou non que le support a de l’intérêt pour vous et que vous allez le lire.

  • Une stratégie, tu choisiras

Si le survol est la stratégie première qui permet de décider de lire ou pas un document il en existe 4 autres toutes aussi pratiques et dédiée chacune à un objectif bien précis.

Vous souhaitez vous faire plaisir et prendre votre temps… vous adopterez la stratégie LOISIR et vous permettrez tous les arrêts, toutes les interruptions et autres retours en arrière.

Vous cherchez une réponse ç une question, une information précise : alors vous procéderez à un REPERAGE graphique, syntaxique ou sémantique. Mais seul votre objectif vous guidera et vous le lirez rien qui ne soit en rapport avec la question.

Vous souhaitez faire une synthèse ou un résumé, alors c’est un ECREMAGE que vous ferez en retenant les informations utiles pour vous. Vous vous appuierez sur la structure du texte et éliminerez tous les détails.

Vous souhaitez désormais compléter votre synthèse par des détails, vous irez les chercher par cette 4ème lecture qui est l’APPROFONDISSEMENT.

Vous vous apercevrez alors que tout document sera « lu » 4 fois mais avec une telle concentration que la mémorisation sera renforcée… sans effort !

  • Ton champ de vision, tu élargiras

La lecture est une activité physique. Nous en prenons consciences lorsque nous lisons dans de mauvaises conditions et que le mal de tête nous déconcentre. Oui, il faut entrainer nos yeux à élargir notre champ de vision et lire dans de bonnes conditions.

  • Les points de fixation, tu diminueras

Lorsque nous lisons, notre œil se fixe sur les mots. Mais nous nous rendons compte parfois que nous ne lisons pas certains mots comme les articles. De même, si nous ne « voyons » pas certaines fautes d’orthographe malgré plusieurs lectures c’est que notre cerveau domine notre œil et redonne le sens qu’il cherche aux expressions sans tenir compte des lettres manquantes. Et bien en lecture active, nous allons diminuer de façon consciente et volontaire les points de fixation de notre œil pour ne garder que le sens et aller plus vite.

  • En situation confortable, tu t’installeras

Une mauvaise lumière, du bruit, une position inconfortable nuisent à notre capacité de concentration et à l’efficacité de notre lecture. Privilégions une posture assise droite avec une lumière de trois quarts arrière sur le support et pas dans nos yeux. Lire face à une fenêtre par exemple est fatiguant.

  • Le chrono, tu pulvériseras

Vous verrez alors qu’en respectant ces quelques règles simples vous gagnerez en efficacité de lecture…

1325-afp-pompiers-325

La mémoire ne fait pas de pause !!!

De Pic de la Mirandole au Garçon de café, en passant par les joueurs d’échecs.

Des hommes comme Pic de la Mirandole (1463-1494) ou Napoléon 1er faisaient l’admiration de leurs entourages par leurs capacités mnésiques hors du commun.

Le premier était capable de réciter des discours entiers et des passages de livres incroyables, alors que le second se souvenait des noms et prénoms de personnes avec lesquelles il avait passé quelques moments.

Dans les deux cas, les points communs sont les suivants :

  • une immense curiosité de la chose écrite ou des personnes
  • une volonté de mémoriser
  • une intelligence et une capacité à réorganiser en permanence les nouvelles informations.

La mémoire de Napoléon reposait sur une capacité d’enregistrement photographique des éléments, ou visuels des visages et personnes. Certains disent que l’empereur se renseignait sur les états de service de ses hommes avant la revue afin de s’adresse à eux personnellement ! Et il y arrivait !

La mémoire du garçon de café… s’il ne note pas ! Comment font les barmans pour retenir les commandes de notre table (surtout si nous sommes plus de 7) alors qu’entre la fin de notre commande et leur arrivée au bar il y aura nécessairement quelques interférences rétroactives.

Plusieurs méthodes sont possibles :

  • l’imagerie : la visualisation de la dite boisson à la place de la personne
  • la catégorisation : alcool / softs / Boissons chaudes
  • et en toute état de cause la répétition dans l’ordre, ou organisée des boissons commandées.

Le plus vite possible ensuite ils se déchargeront soit en plaçant les verres sur le comptoir, soit en écrivant, soit en dictant…

Les experts comme les joueurs de bridge ou d’échecs… mémoriseront des routines probables, logiques : c’est à dire des ensembles de positions de plusieurs pièces et non la place de telle pièce. On appelle Chunk cette combinaison de pièces. Cependant vous verrez que s’ils jouent avec des novices dont les stratégies de jeux sont plus aléatoires, leur mémoire sera moins performante !!! En effet, les novices ne mettront pas en place des chunks connus.

La mémoire des médecins et leur intuition

Les médecins ingurgitent près de 1 millions de données dont certaines ne seront jamais utilisées. Les spécialistes ont développé une expertise particulière qui leur permet des diagnostics rapides et fiables. Ils s’appuient sur la mémoire à long terme et également sur des chunks, à savoir des combinaisons de symptômes qui confèrent un certain sens à leur diagnostic. Dans cette analyse rapide d’une situation, ils gagnent un temps précieux à ne traiter que les éléments qui ont du sens et éliminer intuitivement des détails. Les étapes intermédiaires des raisonnements laissent la place à l’intuition.

La mémoire des sportifs et la prise de décision

De la même manière, les sportifs connaissent des chunks dans leur activité et chaque combinaison de jeu appelle la suivante de façon non réfléchie mais réflexe. Au football américain, les chunks porte des noms ou des numéros et chacun sait alors quelle sera sa place et comment jouer. Le temps de réponse est accéléré puisque la réflexion et les aléas sont supprimés.

La mémoire des odeurs et des goûts

Pour les Nez dans la parfumerie ou les œnologues, la mémoire des odeurs et des goûts est un talent certes… mais surtout le résultat d’un travail colossal. Certains nez arrivent à mémoriser jusqu’à 1500 substances entrant dans la composition des parfums et à en reconnaître plus de 20 dans une seule essence.

Le célèbre œnologue Parker peut déguster  entre 60 et 100 vins par jour et reconnaître le soir même à un dîner  la quasi totalité des vins avec année et millésime !!!

Les pompiers utilisent comme une alerte les odeurs qu’ils reconnaissent : cadavre, essence, pétrole, mazout, gaz, matières plastiques…

A nous de travailler nos talents…

C’est le moment de la pause…

15 minutes chrono. Un regard sur le smartphone « 5 appels en absence »… La touche mail « vous avez 12 mails non lus »… Il faut confirmer le nombre de présents, les absents, réserver le restaurant… Prendre RDV chez le vétérinaire pour Paco le chien, rappeler maman qui cherche à me joindre depuis lundi… et qui s’inquiète… et puis… et puis… il y a celui qui est super sympa et qui vient nous dire « qu’il adore la formation », celui qui est « inquiet de savoir si nous finirons bien à 17h30 ce soir, parce qu’il a un train »… celui qui s’excuse « il ne veut pas me déranger, mais tout à l’heure, il n’a pas compris un truc et … » Et je n’aurai pas le temps de répondre parce les 15 minutes sont passées, et que celui qui a un train revient et dit « on reprend ? Si tu veux, j’appelle les autres ? « … « Oui, appelle les autres, merci cela me rend service, car il me reste juste une minute… pour aller sur « le moment de la pause » voir des nouvelles des copains »… Et maman ? Je la rappellerai plus tard ! Et le véto ? je vais demander à mon homme de prendre le rdv…

Voilà ce qu’est le moment de la pause… dans nos métiers de formateurs !

A nous d’en faire un moment de partages et de rencontres, de cri du coeur ou de coup de g… comme nous savons les faire ! avec humour, autodérision, bienveillance…

Allez, je passe vous voir à ma prochaine pause.