churchill

La pause de… Churchill

« Quand Chamberlain a compris qu’il n’était pas le Premier ministre capable d’être le chef de l’Angleterre en guerre, il a choisi lui-même son successeur, comme c’était alors la tradition au sein du parti conservateur anglais. Et il a désigné Lord Halifax.

Pour donner le maximum d’atouts au gouvernement, il a souhaité que Churchill fasse partie du cabinet. Il l’a convoqué et lui a dit : “Halifax est le meilleur, mais nous avons besoin de vous. Acceptez-vous d’être le numéro deux ?”

Churchill, par patriotisme, par devoir, par cette authentique grandeur qu’est l’abnégation devant l’intérêt supérieur a dit oui. Quelques heures après, un homme qui avait un peu de génie, Lord J Beaverbrook, le tycoon de la presse anglaise, demande à Churchill de le recevoir d’urgence et lui dit : “I1 paraît que vous avez accepté qu’Halifax soit Premier ministre ? Ce n’est pas possible : Churchill répond qu’il s’agit là d’une affaire d’état et qu’il n’en discutera pas avec lui. Beaverbrook insiste. Churchill remarque qu’il ne pouvait pas faire autrement.

Beaverbrook dit : “C’est un crime contre la Nation. Il n’y a que vous qui puissiez mobiliser la Grande-Bretagne”, il insiste, il discute; Churchill est au fond convaincu de ce que dit Beaverbrook, mais objecte : “J’ai donné ma parole, je ne la reprendrai pas.”

Alors Beaverbrook dit : “Je vous demande une seule chose. Quand vous serez convoqué par Chamberlain avec Halifax et qu’il vous demandera de confirmer votre acceptation, restez silencieux trois minutes. Trois vraies minutes. Cent quatre-vingts secondes. Avant de dire oui. Au nom de l’Angleterre, je vous le demande !

Churchill trouve cela saugrenu et ne voit pas comment ca pourrait changer la situation, mais il a de l’amitié et de l’estime pour Beaverbrook. Il promet.

Le lendemain, Churchill et Halifax sont dans le bureau de Chamberlain, à Downing Street. Et Chamberlain dit : “Voulez-vous, je vous prie, confirmer à Lord Halifax que vous acceptez d’entrer dans son cabinet ?…” Et Churchill se tait. Une minute. Il se tait. Une minute et demie, il se tait. Avant que les trois minutes se soient écoulées, Lord Halifax disait : “Je crois que c’est Winston Churchill qui doit être Premier ministre”.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ces trois minutes ont joué un rôle majeur dans l’histoire de la Deuxième Guerre. »

Extrait du livre de Madame Françoise GIR0UD “Si je mens”, éd. Stock, 1972

Même les types Travaillomane font des pauses… quand ils ne peuvent pas faire autrement !

Monsieur Travaillomane croise un de ses copains réveur. Ce dernier est assis sur une pierre et regarde la rivière. Le lendemain précisément à la même heure Mr Travaillomane revoit son pote réveur au même endroit, dans la même position… Il s’adresse à lui : “Que fais tu ?”. Réponse : “Je regarde la rivière…”. Question :”je suis passé hier, à la même heure, il était 15h00, tu étais déjà là à cette même place… tu regardais la rivière… “… Réponse : “oui… j’ai pas fini…”

Une pause à plusieurs mains… A quand la charte de la pause ?

Petite lecture pour ceux qui comme Eric, Thierry, Fred, Anne, et moi sont indép’… font du jus de crâne, ont des théories capilotractées, ou sodomisent les dyptères, pistent le client d’or, alors qu’il dort…

Bref, quand c’est la baisse de forme, d’activité, de moral, que votre comptable vous appelle… lisez ce remède écrit à quatre mains avec Eric un indép’ haut en couleurs !

1° L’indépendant est quelqu’un qui ne sait pas compter … surtout ses heures !

2° L’indépendant n’est pas sociable : car considéré comme patron il est forcément pas clair auprès de ses amis ; surtout ses amis qui travaillent dans la fonction publique !

3° L’indépendant est égoïste : surtout quand on voit qu’il paye de l’URSSAF, dont il ne verra jamais la couleur …

4° L’indépendant est malin : surtout avec son banquier pour lui faire passer la pilule que l’impayé est essentiellement du à son client dont la comptable responsable des chèques est pour la 6 ème fois enceinte en 12 mois .

5° L’indépendant est seul : surtout avec les bons conseils d’amis, “on te l’avait dit de ne pas t’engager tout seul, va donc travailler dans une grosse PME…”

6° L’indépendant est modeste : sa belle auto de fonction est de Type clio sans clim…

7° L’indépendant est économe : Quand il s’octroie une prime, il change son vélo !

8° L’indépendant est ordonné : il utilise ses toilettes comme salle d’archives…

9° L’indépendant est décent : il ne travaille jamais nu, même chez lui… au minimum en nuisette (si fille) en caleçon (dans l’autre cas !)

10° L’indépendant aime les défis : tout nouveau truc est un challenge… surtout quand ça tombe le dimanche…

11° L’indépendant est optimiste : “le meilleur deal, c’est demain que je le fais”

12° L’indépendant est un adhèrent fidèle de la FNAC rayon informatique : il faut savoir compenser le fait de ne pas avoir ni secrétaire, ni comptable, ni commercial, ni technicien.

13° L’indépendant a des projets : si je provisionne 33% de mes recettes au lieu de mes 35% dans 3 ans je pars en vacances ; mais si je provisionne 31% alors je pourrai amener ma femme/mon mari…

14° L’indépendant est gourmet : il invite ses amis / clients dans de bons restos !

15° L’indépendant est altruiste : en invitant ses amis il fait plaisir à son expert comptable en réduisant son assiette fiscale !

16° L’indépendant a plein d’amis, car on le croit très riche !

17° L’indépendant a quelques vrais amis : ses clients, de la famille, ses fournisseurs, son expert-comptable !

18° L’indépendant est avant tout un être qui préfère se compliquer la vie plutôt que de la vivre simplement…

19° L’indépendant a soif d’apprendre : au cinéma, il se forme en anglais, au théâtre il travaille ses réparties… la sieste c’est la séance de créativité !

20° L’indépendant est sexiste ! il n’imagine pas qu’un autre indépendant (surtout concurrent !) puisse être une femme !

21° L’indépendant est opportuniste : tout nouveau pote de pote est un prospect pot’entiel !

22° L’indépendant est un veinard : il peut étendre son linge dès que la machine est arrêtée… tout en menant rondement ses contacts clients !

23° L’indépendant est opiniâtre : “mauvais payeur aujourd’hui, ne peut que devenir meilleur !”

24° L’indépendant sait vivre simplement : pas de pépites ce matin, nouilles au beurre ce soir !

25° L’indépendant est heureux !

persebleu

On oublie… le type Persévérant ne fait pas plus de pause que le type Travaillomane !

Monsieur Travaillomane et Madame Persévérant regardent un film porno.

Monsieur : Chérie, il est 23h30, demain je me lève à 7h00, j’ai besoin de dormir 7h00 pour être compétent, je vais me coucher…

Madame : Et moi je veux savoir s’il va la demander en mariage…

03 Mai (5)Une simple histoire, le temps d’une pause café

Il était une fois un garçon avec un sale caractère.

Son père lui donna un sachet de clous et lui dit d’en planter un dans la barrière du jardin chaque fois qu’il perdrait patience et se disputerait avec quelqu’un.

Le premier jour il en planta 37 dans la barrière. Les semaines suivantes, il apprit à se contrôler, et le nombre de clous plantés dans la barrière diminua jour après jour : il avait découvert que c’était plus facile de se contrôler que de planter des clous.

Finalement arriva un jour où le garçon ne planta aucun clou  dans la barrière.

Alors il alla voir son père et lui dit que pour ce jour il n’avait planté aucun clou. Son père lui dit alors d’enlever un clou de la barrière pour chaque jour où il n’aurait pas perdu patience.

Les jours passèrent et finalement le garçon put dire à son père qu’il avait enlevé tous les clous de la barrière. Le père conduisit son fils devant la barrière et lui dit : “Mon fils, tu t’es bien comporté mais regarde tous les trous qu’il y a dans la barrière. Elle ne sera jamais plus comme avant. Quand tu te disputes avec quelqu’un et que tu lui dis quelque chose de méchant, tu lui laisses une blessure comme celle-là. Tu peux planter un couteau dans un homme et après lui retirer,
mais il restera toujours une blessure. Peu importe combien de fois tu t’excuseras, la blessure restera.”