Gabs001

Certaines de mes copines ne comprennent pas pourquoi je suis naze en fin de semaine au point de refuser toute sortie le vendredi soir. Elles ne savent pas que le métier de formateur est un hyper métier ! Bien sûr, je ne suis pas sur un chantier de travaux publics, ou manutentionnaire. Mais, je fais un “hyper” métier. Un métier à l’hyper timing, hyper présence, hyper vigilance, hyper acuité, hyper mobilisation… avec une hyper motivation.

Hyper timing, en effet, car bien que la prestation commence à 9h00 sur site, nous sommes présents une heure avant pour mettre en place la salle, distribuer les documents, assurer l’accueil… La pause pipi n’est pas quand j’ai envie, mais entre 10h30 et 10h45, à condition que les participants n’aient pas une question importante, ou un état émotionnel qui suppose de rester avec eux. La pause de midi est également avec le groupe. “Et tu fais ce métier depuis quand ? Et tu aimes ? Et tu bosses pour d’autres cabinets ? Et tu animes quoi comme stage ? Et tu as déjà eu des groupes difficiles ? Et tu fais quoi dans ce cas ? etc…”  C’est une non pause ! En fin de journée, tu ranges et tu passes à l’arrache les trois coups fils pressés avant que le centre ferme… Et tu fonces dans le RER bondé qui ne desservira pas ta gare ce soir, pour cause d’accident grave de voyageur. Hier, il y avait un animal sur les voies, avant hier une régulation du trafic…

Hyper présence, car debout, en mouvement, en contact avec tous et avec chacun… A incarner nos contenus, à être exemplaires si nous travaillons sur du développement personnel. Nous ne pouvons pas prôner la bonne parole sans l’incarner ! (Ok c’est ma croyance !!!) Alors parfois nous avons mal au dos, mal aux pieds, mal à la tête et aux yeux… Il nous arrive aussi d’avoir mal au coeur de la souffrance de nos stagiaires. Nous sommes là aussi quand nous sommes malades… Car sinon, pas de thunes ! C’est aussi simple que ça, c’est aussi ça le formateur libéral. On n’oublie d’avoir la migraine ou des règles douloureuses ! Le rhume est une vue de l’esprit, la grippe une croyance limitante !

Hyper vigilance aux détails qui tuent… La bouteille qui manque, le PC qui rame, le restau nul… Hyper vigilance au confort de nos stagiaires. Car même s’ils ne viennent pas dans un séjour Spa 5*, le moindre bug peut faire partir en vrille la meilleure de vos pédagogies sur le meilleur des thèmes ! Et il y a certains sites qui ne nous aident pas, nous sommes alors des trapézistes volants et tant mieux si nous attrapons le trapèze, sinon c’est le crash assuré ! Disons qu’on s’entraine, et que souvent entre formateurs, on s’entraide. Heureusement entre confrères, il y a cette solidarité et cette compréhension.

Hyper acuité sensorielle et cognitive ! Ouah, ça jette ! Mais c’est bien ça. Nous connaissons notre thème d’intervention et la trame… Et ensuite, imaginez un match d’impro : avec d’un côté le formateur qui apporte le thème et en face des équipes de stagiaires qui viennent chacun avec son sujet, ses attentes, ses besoins de solutions immédiates et universelles… Nous jouons cette improvisation en hyper acuité : faire attention  à chacun, ne laisser personne ne pas jouer, répondre à chaque question, rechercher le feedback de la pertinence de la réponse par rapport à la question. Recommencer en cas de doute… Enchainer sur la question suivante, en gardant l’œil droit sur la montre et le gauche sur le dispositif pédagogique et ses objectifs souvent ambitieux… Et le sourire aux lèvres. Si souvent c’est génial et très apprenant, et galvanisant, parfois, c’est un effet taser, ou chaise électrique… comme vous voulez.

Alors oui, cet hyper métier que je fais depuis 23 ans me crève, les copines, et fait que parfois je n’ai qu’une envie en sortant d’une journée : me balader avec ma chienne sur les berges de Seine du pays des Impressionnistes… dans mon étage rêveur. “Fais autre chose alors !” C’est juste impossible, même si souvent j’y pense, car j’ai une hyper motivation.

Hyper motivation à apprendre des choses nouvelles, à mettre en pratique des méthodes pédagogiques nouvelles. Hyper motivation à échanger avec des confrères et consoeurs. Hyper motivation à transmettre et à vivre ces grands moments ou des visages sortent du groupe. Des Cyril, base rêveur en stage process com, des Nadine en stage conflits, des Nathalie, des Claire, à Tours qui m’invite à son mariage…Il y en a plein qui savent que c’est d’eux dont je parle ici.  Il y a aussi des clients, managers d’offre, qui donnent du sens à ce p… de job et font que le matin à 6h00, lors de la première ballade avec la chienne sur mes berges de Seine du pays des Impressionnistes, le lever de soleil accompagne mes préparatifs mentaux de la journée… de mon hyper journée qui commence.

4 réponses
  1. TESTA Jean-Pierre
    TESTA Jean-Pierre dit :

    Muriel, je suis hyper en phase avec ton analyse de notre hyper métier même si je suis formateur salarié, je suis un homme et je n’ai pas de chien :). Bises. JP

    Répondre
  2. Annette Chazoule
    Annette Chazoule dit :

    Oui Muriel, je suis hyper d’accord, la croyance “on peut faire ce métier sans fatigue” est fausse, toute une journée de disponibilité, d’écoute, de prise de recul et de maîtrise de soi.. On ne peut faire ce métier qu’avec passion ! Et j’apprécie tout comme toi le moment de calme sans parole, la promenade de mon chien préféré sous les tilleuls ! Bises Annette

    Répondre
  3. François D.
    François D. dit :

    Bonjour Muriel,
    Je reconnais toute entière dans ce billet la personne que j’ai rencontrée cette fin de semaine. Je pense que tous tes stagiaires perçoivent bien l’hyper-passion que tu partages dans tes formations. La forme du billet ne m’est pas étrangère non plus 😉
    A bientôt
    François

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *