J’ai été initiée cette nuit… et j’ai vécu un grand moment avec des hommes de grande qualité. Sur une plage. Une sorte de rite aqua-satanique. Récit de cette découverte.

Il y a  quelques jours je tombe sur une affichette. Un événement se prépare pour la nuit du 2 septembre. Un événement particulier réservé à quelques élites, ou membres d’un club très fermé selon moi. Mais je décide de laisser de côté mes craintes et j’appelle Jacques, un copain. Je lui demande s’il veut bien m’accompagner. Il aime les trucs qui sortent de l’ordinaire, sous ses airs discrets. Je sais que Jacques est béotien, comme moi. Un peu barré aussi ! Mais open. Alors après quelques mails et coups de fils, nous voilà 7, finalement, à partir pour cette nuit. Florent, Cyril, Jean Luc (encore plus barré !), Ronan, Laurent, Jacques et moi.

Nous arrivons sur place… prêts à vivre cette expérience. En arrivant nous faisons la connaissance d’Olivier. Qui nous indique venir seul… il préfère venir seul. C’est son choix. Sa liberté. Nous déambulons sur la plage. Certains sont déjà là dans des espaces privatifs. On voit dépasser des pieds… C’est calme. Certains chuchotent. Beaucoup ont l’air de se connaitre. C’est un monde à part parait-il… certains d’ailleurs sont là après avoir fait la manche… pendant des heures. D’autres se disent, comme cette jeune Marion, peut être qu’un jour moi aussi je ferai la manche… alors ne pas juger ! Tout peut arriver.

L’homme, le patron du site nous salue. Nous dit « que tout va bien se passer. Même si c’est la première fois pour nous. » Il précise que parfois on a un peu mal, mais que le plus souvent on y trouve du plaisir. Nous sommes partagés entre bonheur et stress.

Les heures passent. Minuit arrive. Ca va commencer. Certains hommes et des femmes se dénudent. D’autres enfilent des tenues moulantes noires avec quelques lisérés fluo… Certains portent des grandes robes noires… DryRobe. Tous ou presque se protègent avec des capuchons en latex ou en silicone. La discrétion (sans doute) veut que tous portent des lunettes… on ne voit plus les regards. Deux d’entre nous doivent y aller en premier… les autres observent, attendent leur tour. Ce sera Jacques, et Cyril.

Les corps déambulent. Puis se regroupent. Tous se serrent… puis se lancent. Ha, ils sont tous aux ordres du patron. Ils sont les uns contre les autres sur cette plage. Ca commence vraiment. Certains sont restés sur la plage. Ceux qui sont devant s’allongent, s’étirent, soufflent, ahanent. On les voit onduler les uns aux côtés des autres. Ils glissent.  Les bras balancent… ils se font du pied quelques secondes. Parfois ils se doublent en silence. Ils ne se regardent même pas. Ils s’éloignent dans le noir. En silence. Ils disparaissent. Le patron a l’air content. La fille derrière lui, aussi. Elle note tout. Elle surveille. Elle restera debout toute la nuit à surveiller les ébats, à corriger … elle aussi jusqu’au bout.

Les êtres reviennent. Ils sont allés faire le tout d’une ilé. Dans le noir. Ils passent alors devant l’homme de la situation, le boss, l’homme Fort, certains ou certaines se serrent les mains, parfois s’étreignent… et repartent. Ici on change de partenaire ou on reste seul. Chacun fait ce qu’il veut à condition d’avoir déclaré au préalable au patron le projet et la démarche. D’ailleurs 16 d’entre eux sont venus seuls… d’autres en duo ou en groupes de 3 ou 4… Au total ils sont 81. Ça va durer 12 heures… Le patron est bizarre… il  leur a filé des puces. Et finalement, ça semble normal à tout le monde ce truc.

Les femmes et les hommes sont mouillés, ils ont mal aux membres… ils se donnent tout entier… ne lâchent rien…  parfois ils se réchauffent ensemble. Chuchotent. Parlent des exploits physiques des uns ou des autres… des rèves… des projets.

Il fait froid sur cette plage, cette nuit. 8 petits degrés. Et pourtant personne ne part. Ils sont là. Tous.

Le soleil perce soudain. La brume couvre cet espace. Les corps et les visages sont marqués. Est-ce un rituel satanique ? Les collègues de l’homme Fort, portent le même t-shirt… c’est étrange.

Soudain dans une ultime démence ou une dernière orgie, ces hommes et ces femmes, certains presque nus d’autres dans ces combinaisons moulantes noires se regroupent, et seul, par deux, trois, quatre, ils terminent… ils en terminent. C’est fini déjà.

Ce dimanche 2 septembre, midi… ils étaient 81 à avoir nagé 12 heures cette première nuit de l’eau libre. Et avec mes 7 copains, j’y étais. Et c’était top. Belle initiation… Merci Philippe Fort et son team : y compris bar, chrono, masseurs, kayaks (Coucou à Arnaud et son amie !!!), chrono, restauration Ois’eau Libre…

Merci à tous les “Ois’eau Libre”.

  • Muriel team Les Rats d’Eau et la méduse, avec Laurent et Jacques.
  • Jean-Luc, team les Rapid’eau, avec Florent, Cyril, Ronan

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *