Qu’est ce qu’une équipe ? C’est parfois un truc bizarre… composite. Dans notre cas c’est un binôme qui se lance dans un défi pour Stéphanie : 1er Swim run, phobique en eau libre. le Swim Run de Paris, Gravity Race, format L. 

Nous allons devoir (nous avons choisi !!!) parcourir 27 km, en alternant nage / course sur 11 transitions : 22 km course et 4.5 km nage. En clair, on court… quand on arrive devant l’eau… ben, on nage !!! Oui, avec les baskets ! Quand on touche la terre alors on court… etc !!! Alors pour nous aider dans l’eau, pull boy et plaquettes, et, ils ne nous aident pas, mais sur terre : bonnet et lunettes de nage (On a le droit de les enlever les lunettes !!!)  Mais Steph a peur de l’eau libre. Je ne sais pas si elle a peur de ce qu’elle voit… ou de ce qu’elle imagine ! Mais elle en fait un gros film de ces 4.5 km. “On est d’accord, si on galère trop… on arrête ! ” “Ok, mais on ne prend aucune décision dans l’émotion… on se pose pour décider à la fin de la boucle 1 si on fait la 2 ou pas ! ” Contrat posé pour s’enlever toute pression.

Il fait un temps de chien, eau annoncée à 14° ! Ca tombe bien il fait 12° dehors… au final la différence sera favorable à la natation.

Je ne vais évidemment pas vous raconter mètre par mètre la course. Mais juste la partie nage avec : algues, vase, roseaux, trucs divers qui vous chatouillent le ventre (on est ravie d’avoir nos combines Orca SR) et les bas des jambes. Passages dans la boue…

Bref, si nous utilisons la longe de traction sur les 4 premières portions nage, nous nous rendons à l’évidence : c’est la galère ! La plaquette se prend dedans… Et finalement, la longe, c’est juste un filin mental. Steph décide elle-même qu’elle n’en n’a pas besoin ! Et hop… dégage la longe. Elle ne pense même plus à sa phobie et nage devant comme une sirène.

Nous terminons la première boucle de 13 kil et il faut repartir. “On y va ? ” “Oui, on termine !”. On récupère même au passage un jeune, Bosco, dont le partenaire a fait défaut pour cause de gastro. Bosco est en solo sur l’épreuve longue de 27 et traverse une mauvaise passe. Un genou défaillant, le mental qui lâche. Nous sommes partis depuis 2h10… Alors nous allons terminer à 3. “Ensemble, on est plus fort”.

Nous connaissons maintenant le parcours et ses pièges, ses zones de vase, de roseaux, ses chemins… il nous faut gérer la fatigue, le froid qui commence à nous saisir. Les portions nage nous paraissent plus longues. C’est Steph qui mène le train en nage, et parfois c’est moi en course. Normal… c’est plat.

Bref, tous les trois nous terminons en 4h21, en équipe. C’est ça une équipe ! Un contrat,  un engagement, des victoires personnelles et collectives… le plaisir ensemble de voir une amie vaincre sa phobie de l’eau. Bravo Championne. Et un jeune de 25 ans, faire une course de fou, tout seul, relever le défi et finir malgré un genou douloureux et un passage à vide. Bravo Bosco.

Merci aux organisateurs et aux bénévoles. Course parfaite, site top… et un beau cadeau ! Ce qui fait toujours plaisir.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *