Ok, alors derrière ce titre un peu accrocheur, certes, il y a un besoin ou une demande. Chers clients, dites nous mieux ce que vous voulez, vous aurez plus de chances d’être content de vos consultants…

Je partage avec vous cette expérience de la semaine. 

Mardi 17 avril 2018

Bonjour Muriel,

Je travaille dans une ONG et je voudrais une formation à la communication transverse pour des chefs de service. Pouvez-vous me faire une proposition pour vendredi 20 avril avec un devis et des dates ?

Bien cordialement.

Monsieur XXX

Responsable des Achats ONG Truc

Cher Lecteur,

j’aurais pu vous faire jouer au jeu des 7 erreurs. Mais pour vous faire gagner un temps précieux, je vais vous proposer une hypothétique réponse à ce client.

 

Bien cher Client,

Je vous remercie de votre indéfectible confiance. Cependant, au risque de passer pour intrusive par mes questions, je vais avoir besoin de quelques précisions…

  • Relatives au thème : Qu’appelez-vous communication transverse ?
  • Relatives aux bénéficiaires : Qui sont vos chefs de service, que font-ils, comment travaillent-ils ensemble ou pas ? Quelle est l’ambiance de travail ? Sont-ils demandeurs, volontaires pour ce dispositif ? Si oui, depuis quand et qu’est-ce qu’ils en attendent ?
  • Relatives au demandeur, donc vous : Si non, qu’est-ce qui vous motive ? Pour quoi, dans quel but ? Qu’en attendez-vous ? Qu’est ce qui fait que, dans votre organisation, vous êtes celui qui pilotez le dispositif ? Quel sera votre rôle ensuite ?
  • Relatives au dispositif : Vous demandez une formation, qu’est-ce qui vous fait dire que ce sera le bon dispositif ? A quoi saurez-vous après la mission qu’elle a été satisfaisante pour vous ? Qu’est ce qui aura changé ? Et dans le pire des scénarios… qu’est ce qui n’aura pas changé ou aura pu empirer ? Vous me demandez des dates… mais dans quelle période ?
  • Relatives aux conditions de réponse : Vous me demandez une proposition pour vendredi. Et si je ne peux pas répondre dans les délais que se passe-t-il ? Quels sont les enjeux pour vous ? Sachant évidemment que je ferais tout pour vous répondre.
  • Relatives à moi, finalement : qu’est-ce qui vous fait dire que je suis la bonne personne, qu’est-ce qui vous a guidé vers moi ? Outre le fait que mon site s’appelle Décrochez la Lune !!!

Alors, oui, cher client, il est possible que vous passiez quelques longues minutes à répondre à toutes ces questions. Mais ce temps est nécessaire à votre satisfaction. Et vous ne le regretterez pas. A défaut, je vais faire et refaire des propositions qui ne seront pas ce que vous ou vos équipes souhaitez. Et vous aurez raison de dire que “je n’ai pas compris votre demande…”

Je vais conclure par cette très belle phrase de Sénèque : « Il n’est point de bon vent à celui qui ne sait où il va » que je vais traduire en “il n’est point de bon consultant pour le client qui ne dit pas ce qu’il veut… “

Votre consultante dévouée.

P1040826Mes stagiaires sont source d’inspiration !!! Lors des stages “classiques” en communication et développement personnel, les remarques sont souvent les mêmes… Ce qui est compliqué c’est… Alors au fil de l’eau, j’ai noté ce qui était compliqué pour eux. Merci à eux, car j’en ai fait un stage : 7 ateliers pour mieux communiquer dans la complexité !

Et voilà le programme !

Atelier 1 : Annoncer une mauvaise nouvelle... Dans un entretien, en fin d’année… que cette nouvelle soit personnelle ou collective. Comment faire ?

Atelier 2 : Communiquer sans information… Aller au front sans billes (ou sans arme!), vous voyez… Comment faire ?

Atelier 3 : Communiquer dans l’improvisation. Vous êtes légitime, mais juste pris par surprise… Comment faire ?

Atelier 4 : Communiquer dans la confrontation. Vous savez que votre public vous est hostile… Comment faire ?

Atelier 5 : Communiquer sous stress, ou dans l’émotion. Vous êtes touché, personnellement, vous craignez de perdre vos moyens… comment faire ?

Atelier 6 : Communiquer dans la dissonance. Vous n’êtes pas d’accord, mais alors pas du tout avec ce que vous demande votre n+1…et pourtant, vous DEVEZ obéir !!! Comment faire ?

Atelier 7 : Communiquer en tort ! Voilà, la boulette que vous craigniez… C’est pour vous !!! Comment faire ?

Du quotidien, n’est ce pas ? Et bien avec des ateliers ludiques, non verbaux parfois, des techniques projectives, non seulement nous allons dédramatiser ces situations et se doter d’outils et de réflexes pour faire face… Ça vous tente ? Contactez-moi… Je serai ravie de monter cette formation pour votre équipe.

 

process-comUn Speed Dating Process Com pour une mission de cohésion d’équipe d’un Codir à dominante Persévérant-Travaillomane et Promoteur

Une mission haute en couleur est proposée à Fadia Machelon Coach Process com : améliorer la cohésion d’une équipe de direction dans une entreprise de petite taille, en forte expansion dans un secteur High Tech.  Fadia prend le brief, repère les contraintes de temps et les enjeux et monte un dispositif intégrant successivement formation process com, coaching process com et speed dating !

UN CONTEXTE EXIGEANT : PETITE STRUCTURE, GROS CHALLENGE !

Voilà une entreprise de petite taille, qui challenge les grandes sur un secteur high tech, avec un Codir jeune (entre 35 et 45 ans), ambiance décontractée… jean plutôt que costume cravatte. Ils n’ont pas de temps à perdre en formation et pourtant l’ambiance au sein du Codir fait dire à la DRH qu’elle doit mettre en place une action. Son objectif : améliorer la coopération entre les 9 dirigeants, encourager la communication, faciliter les échanges… bref leur permettre de mieux travailler ensemble.

Début de mission en septembre 2012. La DRH nous laisse une grande latitude autour quelques éléments : choix de la Process Com, mais en toute discrétion. Il semble entendu que les membres du Codir ne voudront pas partager leurs profils (croyance de départ qui évoluera mais qui se doit d’être respectée), et ils ne passeront pas trois  journées entières ensemble : c’est trop ! En un mot : ils ne veulent pas être formés ensemble, et pourtant, veulent mieux travailler ensemble.

Voilà qui pour un objectif de cohésion peut sembler impossible et pourtant c’est ce qui va permettre un dispositif systémique intégrant les contraintes dans les moyens !

UN DISPOSITIF COMPLET COMBINANT FORMATION ET COACHING PROCESS COM

Nous imaginons alors un mixte « formation + coaching »… le premier module est une demi-journée de formation à la Process Com avec présentation du modèle et des profils, sans la remise de ces derniers…  ce qui suscite bien sûr beaucoup de curiosité dans une ambiance générale studieuse et réservée. C’est Muriel qui anime cette matinée.

Ensuite chacun dispose de 5 séances de coaching avec Fadia : travail sur soi, ses comportements positifs, ses comportements sous stress, ses sources de motivation. Près de 3 mois sont nécessaires pour mener à bien ces coachings : 50 au total car un dirigeant a intégré l’équipe pendant cette période.

Retrouvailles pour la dernière journée de formation en équipe au grand complet. Dans une ambiance très différente cette fois : détendue, méta-communication entre les acteurs, et surtout le grand moment de ce dispositif le speed dating.

LE POINT D’ORGUE : LE SPEED DATING PROCESS COM

Nous avons proposé un speed dating lors de la dernière journée. Chacun se connait un peu mieux maintenant, et décode ses propres réactions avec la grille offerte par Process Com. Mais chacun décode aussi un peu mieux ses collègues. Il est sans doute possible de se dire ce qui peut permettre de mieux travailler avec les autres.

La règle est simple : vous disposez de 6 minutes en face à face pour vous faire des feed back, sur la base de ce que vous avez appris avec la Process Com sur vous et sur l’autre. Pour vous guider une carte que nous vous avons préparée :

  • selon ta base et ta phase, ce que tu fais de bien c’est…
  • ce que tu peux améliorer c’est…
  • les difficultés que j’ai parfois avec toi…
  • ce que je peux faire quand ces difficultés se présentent…

Et surtout en termes de règles de fonctionnement dans les feed backs, chacun garde en tête qu’il peut choisir de dire ou pas, que son feedback aura de la valeur s’il est authentique, que pour qu’il soit authentique le feedback s’appuie d’abord sur l’expérience vécue et ensuite sur la Process Com, et qu’ il est nécessaire d’écrire car le temps sera court pour restituer.

Les participants disposent de 20 minutes de préparation pendant lesquelles ils notent ce qui est important à dire à chacun des autres membres du Codir. A l’issue de la pause, l’exercice est lancé, avec un binôme par bureau, réservé au préalable pour la confidentialité des échanges… Nous gérons le chronomètre et toutes les 6 minutes nous nous assurons de la rotation des acteurs…

Nous constatons alors :

  • une très forte mobilisation de l’équipe,
  • des temps forts entre certains…
  • une belle énergie qui se dégage. Il faut les voir courir d’un bureau à l’autre car 6 minutes, c’est très court et il convient de ne pas perdre de temps dans les couloirs…

Bilan en plénière : grand moment de communication et en même temps le rythme soutenu impose de choisir ce qui est le plus important… « pas de café du commerce ou de discussion de comptoir ! ». Parmi les verbatims : « il est rare de prendre le temps de parler, ca fait du bien de se dire les choses… et en plus c’est sans jugement car c’est cadré… c’était le meilleur moment de la formation ».

Et quand on pense qu’ils ne voulaient pas se former ensemble !!!

NOTRE BILAN PROFESSIONNEL DE COACH ET FORMATEUR

La combinaison Formation / Coaching est très puissante pour des missions qui supposent comme celle-ci d’y aller en douceur et de faire travailler tout le monde en prenant son temps (3 mois) sans en perdre (impossible d’immobiliser ce Codir 3 jours en séminaire…) : chacun a bénéficié d’un dispositif sur mesure avec le coaching, et collectif avec les journées de formation.

Nous avons « oublié » un point essentiel… les profils de l’équipe : une dominante Persévérant / Travaillomane/Promoteur…  il fallait bien un dispositif efficace qui ne nuise pas aux affaires, avec éthique (liberté de montrer son profil ou pas…), et opérationnel… qu’on en tire vraiment quelque chose dans le travail… Les quelques types Empathique et Rêveur ont apprécié le speed dating par son côté personnel  et cadré et le Type Rebelle… se serait bien amusé s’il y en avait eu un dans l’équipe !

©Fadia Machelon, Coach Process Com

©Muriel Jouas, Formateur Process Com

Stage001La formation professionnelle va vivre une profonde réforme en janvier prochain. Le texte proposé et discuté le 13 décembre dernier sera voté en janvier 2014 pour une mise en application en janvier 2015. Quels en sont les principaux points et surtout les enjeux pour les indépendants que nous sommes, petits organismes de formation ? Finalement, peut être une opportunité à saisir face aux dinosaures de la place.  J’ai fait le choix des 3 points les plus impactant : l’obligation légale, le DIF, le CPF.

1. La contribution obligatoire des entreprises : le nouveau « 1 % formation » : quelles conséquences pour les indépendants que nous sommes ?

Les nouveautés : À partir de 2015, les entreprises de plus de 10 salariés ne verseront plus que 1 % de leur masse salariale pour le financement obligatoire de la formation professionnelle aux OPCA. Elle est actuellement de 1,6 % (ou 1,05 % pour les moins de 20 salariés). Mais les employeurs auront la possibilité de s’exonérer en partie de cette obligation en finançant uniquement, à hauteur de 0,2%, les CPF de ses salariés, si les 2 conditions suivantes sont remplies :
– en cas de signature d’un accord d’entreprise (ou de branche),
– en cas d’utilisation de ces fonds dans les 3 ans suivant la signature de cet accord.

Allons-nous perdre de l’activité ? Oui celle des entreprises qui finançaient de la formation « parce que c’était obligatoire »… 0.6 % du volume va baisser. Alors nous pouvons avoir cette crainte.

Qui sera le premier impacté ? Sans doute les gros organismes de formation rigides sur les prix.

Et si cette réforme devenait une opportunité commerciale pour nous ? Et oui, cette réforme est sans doute une opportunité pour nous les « pitis », « les indep’ ». En effet avec nos tarifs moindres, et notre flexibilité, à nous de faire de cette baisse de l’obligation légale une opportunité commerciale et d’établir avec les acheteurs qui voudront acheter plus pour moins cher, des modus operandi gagnants-gagnant.

2. Le compte personnel de formation (CPF) remplace le DIF.

Mis en place dès le 1er janvier 2015, le CPF a pour objectif la sécurisation des parcours professionnels tout au long de la vie. Il pourra être ouvert à tout salarié à partir de 16 ans jusqu’à son départ à la retraite. Il sera crédité de 20 heures par an les 6 premières années, puis de 10 heures par an les 3 suivantes, sans pouvoir excéder 150 heures. Ce nouveau compte permettra à son bénéficiaire d’accéder à des formations qualifiantes (voir point suivant).

Quel bénéfice pour nous les indépendants ? Alors là, pas grand-chose. En effet le CPF est réservé aux formations qualifiantes métiers (restaurateur, chaudronier…) point de développement personnel dans ce CPF, hors d’ici la PCM et autre PNL, prise de parole…

Tout au long de l’année 2014, le DIF sera toujours en vigueur. Sa substitution avec le CPF ne sera effective qu’au 1er janvier 2015.

Quelle opportunité pour nous ? En clair, si les salariés veulent se former et faire du développement personnel, c’est en 2014 ou jamais ! A condition que leurs employeurs acceptent de les laisser partir en formation… A nous de faire passer le message et les réseaux sociaux vont nous aider !!!

3. Les formations éligibles au CPF.

Les formations éligibles au CPF sont obligatoirement des formations qualifiantes correspondant à l’économie prévisible à court ou moyen terme. Elles doivent favoriser la sécurisation des parcours professionnels des salariés. Elles doivent systématiquement conduire à :

– une certification inscrite au répertoire national des certifications professionnelles(RNCP),
– un certificat de qualification professionnelle de branche (CQP) ou interbranche (CQPI), K
– une certification inscrite à l’inventaire mentionné au sixième alinéa de l’article L.335K du Code de l’éducation ;
– le socle de connaissances et compétences mentionné au point! 4.4 de l’ANI du 5 octobre 2009.

 Bilan de cette réforme pour nous les indépendants :

  • A court terme, 2014, pas d’impact sinon un impact favorable par les liquidations de DIF.
  • A moyen terme, 2015 et au-delà, à nous de réfléchir à notre offre commerciale, pour faire une offre sur mesure adapté aux nouvelles attentes des clients. Les plus motivés voudront poursuivre la formation de leurs collaborateurs avec moins de prises en charge.

Allez… bonne année à tous les indépendants que nous sommes. Nous sommes habités par une passion inébranlable, une créativité redoutable… et nous allons le montrer !